Porcs-valets

p-vlt.png

image de l’auteur

Ce sont les porcs-valets, contents de leur destin,
Apportant à Monsieur le journal du matin ;
Ils ne lâcheraient pas l’emploi pour un empire,
Chacun se veut ilote, esclave, ou même pire.

L’un se prend pour Scapin, l’autre pour Michel Droit ;
Et toujours, vaillamment, chacun porte sa croix,
L’âme par le service étant illuminée,
Le corps s’embellissant de vestes galonnées.

Bien plus que d’Henri Quatre, à deux pas du Pont-Neuf,
Ils sont admiratifs, à Poissy, de Louis Neuf,
Non tant pour la beauté des prières du sacre,
Mais pour la sainteté qu’il eut dans les massacres.

Advertisements