Mangeurs de pommes

mg-d-pm.png

image de l’auteur

Eve eut tort de goûter cette pomme excellente
Devant tous les démons autour d’elle assemblés ;
Adam fut condamné à cultiver du blé,
Trimant avec le boeuf à la démarche lente.

Mais la faune du sol et la faune volante
Goûte toujours ce fruit, qui de grâce est comblé ;
Les animaux sont purs, leur coeur n’est pas troublé,
Ni leur esprit confus, ni leur âme tremblante.

Ils mâchent cette chair, blanche comme l’ivoire,
Sans réfléchir aux lois qu’énoncent les grimoires,
La question du péché jamais ne se posant.

Les bêtes du jardin n’ont ni dieux, ni déesses,
Ni conscience-grillon, ni surmoi qui les presse ;
Mais leur recueillement, je le trouve imposant.