Chasseur de têtes

cdt.png

image de l’auteur

Le chasseur, embusqué aux endroits ténébreux,
Prend-il quelque plaisir à sa tâche sanglante ?
Je le vois progresser, de sa démarche lente,
Chargé, au bout du jour, de ses trophées nombreux.

C’est un monstre discret, fuyant toute lumière,
Qui n’est pas attiré par le vibrant azur ;
Je le vois, poursuivant sa victime au coeur pur
Qui ne peut regagner la rive hospitalière.

Après un jour de chasse, au bar, il va s’asseoir,
Près de la tavernière aux charmantes épaules ;
Et quand il a bien bu, il s’endort sous les saules,
Ses rêves sont bercés par la rumeur du soir.