Arbre à visages

arb-a-chf.png

image de l’auteur

C’est un arbre étonnant, qui dans le vent frémit,
Tous ses fruits arborant des faces désolées.
Il aime les taillis, les friches isolées,
Ou bien l’obscurité d’un bosquet endormi.

Un temple dans ces bois, qui s’effondre à demi,
Lui sert de compagnon sous la voûte étoilée ;
Une lune timide, et de brume voilée,
Baigne de sa lueur ces deux sombres amis.

De ma vision nocturne, et sans doute rêvée,
De cette construction assez inachevée,
Je n’aurais pas l’idée de faire une chanson.

Le sens en est douteux, la forme en est confuse,
Le mouvement plus lent que l’eau dans une écluse ;
Des songes de ce genre, on ne sait ce qu’ils sont.