Adoption de Romulus et Rémus

n-rm-rm.png

image de l’auteur

La vestale, en songeant au dieu qui s’est enfui,
Berce les deux enfants de sa chair rayonnante.
De ces brèves amours, ils sont le tendre fruit,
Mais elle craint de Zeus la colère tonnante,

La vengeance des rois, la fureur des Bacchantes.
Cherchant un protecteur, elle va dans la nuit
Afin d’y retrouver des présences errantes ;
Arès ne pourra pas l’assister, quant à lui.

Les mauvais sorts sont là, violents comme des houles,
C’est alors que près d’elle, une louve déboule :
De cette créature, on peut craindre l’assaut…

Or, la bête s’approche et lui parle sans fièvre,
Et les mots apaisants qui tombent de ses lèvres
Disent qu’elle aimera ces princes au berceau.