Aigles d’or et de sable

branches.png

image de l’auteur

L’aigle de sable occupe un temple s’écroulant ;
L’aigle d’or a sa place au sommet d’un mont jaune,
Ces deux rois, semble-t-il, sont heureux sur leurs trônes,
L’univers, autour d’eux, n’est qu’un manège lent.

Potentats endormis, monarques somnolents,
L’échanson leur apporte un petit vin de Beaune,
Auprès de leurs palais se déplace une faune
Qui peuple le jardin bucolique et galant.

— Que dites-vous aux rois, beaux animaux parlants ?
Bercez-vous d’oraisons ces vivantes icônes ?
Flattez-vous leurs penchants pour avoir une aumône ?
— Rien de ça, répondit l’hermine, en s’envolant.