Château de l’ondin

c-odn.png

image de l’auteur

C’est le manoir où vécut autrefois
Le bel ondin, sans armes, sans armure,
Se nourrissant de quelques fruits des bois ;
Il ignorait le mensonge et l’injure,

De pauvreté ne craignait meurtrissure,
Ni destrier n’avait, ni palefroi,
Ni ne partait en quête d’aventure,
Aimant Nature aux poétiques lois.

Maint chevalier mis en déconfiture
Trouva refuge, avec sabre et pavois,
Près de l’ondin, sur une couche dure,
Pris en pitié quand il fut aux abois.