Ambivache

ambivache.png

image de l’auteur

Elle n’a pour pasteur le noble roi de gloire,
Ses sabots ne sont point de vernis embellis ;
Lui donnant, toutefois, sa place en mes écrits,
Je chante un ruminant de joyeuse mémoire.

Son double chef cornu remporte des victoires,
Un écu est orné de son profil joli,
Et d’or et de sinople est ce blason fleuri
Que fit un héraldiste au talent méritoire.

Sans doute existe-t-il, dans l’univers divin
Un djinn quadricornu qu’adorent ses voisins
Comme ils ont exalté le Seigneur de Palmyre ;

Ambivache, priez les ambidieux pour nous,
Et la postérité se souviendra de vous,
Comme d’un phénomène, un bovin qu’on admire.