Les trois chemins

3-cmn.png

image de l’auteur

Le couloir aérien, dans le ciel d’émeraude,
Survole les jardins, le village et la mer ;
L’ange y va naviguant, par cette journée chaude,
Toujours émerveillé de la douceur de l’air.

Au terrestre chemin, la brise murmurante
Caresse un véhicule, un bijou de splendeur,
(Machine d’un grand prix, dont les rouages chantent),
Qui suit, dès le matin, la voie bordée de fleurs.

La route souterraine est obscure et profonde,
Ses trop rares panneaux sont de métal verdi ;
On y voit circuler des passants d’inframonde
Qui suivent leur chemin, sans crainte de bandits.