Passager de la lune

lune.png

image de l’auteur

La lune va son train, cet homme aime la suivre,
Vaisseau monumental qui plane sur les champs,
C’est ainsi qu’il s’amuse et qu’il se laisse vivre,
Et puis il disparaît, la lune se couchant.

Par la suite, il surgit, à l’est de la montagne,
Toujours, de l’astronome, il respecte les lois,
Jamais il ne ressent que la torpeur le gagne,
Et l’astre le promène au-dessus des grands bois.

Ce paisible vieillard, l’âme d’errance pleine,
Infatigablement parcourt la voie des cieux ;
Et quand, minuit sonnant, il survole la plaine,
Il se souvient qu’il eut du plaisir en ces lieux.