Oppidum

opdm.png

1image de l’auteur

Un jour que je suivais la route solitaire
Qui, si souvent, m’accueille avec fidélité,
Un jour que le grand vent, dans sa moblité
Poursuivait, devant moi, sa course involontaire,

Un jour que j’étais loin de l’humaine misère,
Un matin, oublieux de ma fragilité,
(Et la bise soufflait avec brutalité),
Je découvris un temple, un lieu sacramentaire,

Un oppidum ancien qu’emplissait le mystère.
Je me mis à genoux (quelle docilité),
Écoutant un prêcheur qui, sans débilité,
Fit résonner ce lieu, loin des grandes artères