Planète lointaine

pnt-ltn.png

image de l’auteur

Sur cet astre, on s’éprend de la valeur des choses ;
Et l’on sait que, parfois, un beau jour est heureux,
Même si de tels jours ne sont pas très nombreux.
Quelle joie, étant jeune ! et le dire je n’ose.

Mais sur les continents, tant de monstres s’exposent,
Sous prétexte d’apprendre un discours amoureux
De ceux qui, sous le ciel, défilent deux par deux,
Qu’on ne sait en parler, ni en vers, ni en prose.

Tu les as déjà vus, il faut les oublier. ;
En un rêve excellent, ne pas se réveiller
D’un songe qui vaut mieux que la lourde pensée.

Mais, dormir ou veiller, en avons-nous le choix ?
Papillon qui se rêve un charpentier en croix,
À qui sera, vraiment, sa prière adressée ?