Ange océanique

mer.png

image de l’auteur

Le bruit des ouragans lui semble un doux concert ;
La barque abandonnée, une aimable retraite.
Cet ange va planant sur l’océan désert
Et songe tout le jour, ainsi qu’un vieux poète.

Certains jours, il est ivre, et son vol est pareil
Aux soubresauts que fait la bourrasque effrénée
S’abattant sur les flots, par un jour sans soleil,
Comme s’il chevauchait la trombe déchaînée ;

Mais l’ivresse, jamais, n’interrompt son voyage,
Contre vents et marées, son trajet se poursuit.
Vers quel Eldorado cherche-t-il un passage ?
Vers aucun, semble-t-il : c’est le Réel qu’il fuit.