Palais du Bouddha

bcpd.png

Image de l’auteur

En son manoir, Bouddha souvent s’occupe à voir
Ce que font, en leur vie, les gens de tous les âges ;
Ceux qui sont timorés, ceux qui ont du courage,
Ceux qui sont fort soumis, ceux qui ont du pouvoir.

Ce Bouddha , dans son coeur, ne s’en peut émouvoir,
Pas plus qu’un cachalot ne s’émeut d’un orage
Ni que le charpentier ne punit un outrage ;
Mais, au Bicupidon, il prête son miroir ;

Ils sont deux occupants dans la vaste demeure ;
L’un ou l’autre veillant, ainsi, au gré des heures,
Ou parfois, tous les deux, s’il en était besoin.

Or, ils n’aident jamais le pauvre, ou le prospère :
La même indifférence anime ces deux frères,
Si tu le sais, humain, de toi-même prends soin.