Les animaux des fables

qdrprt.png

image de l’auteur

Ils sont parfois coureurs, ils ont parfois des ailes,
(Ces derniers sont souvent sur un arbre perchés),
La Fontaine entendait leur langue maternelle ;
Le renard, bien souvent, fait les autres marcher.

Le fabuliste, ici, les montre avec tendresse ;
Nous captons son discours, nous rions avec lui,
Ainsi, cet âne gris voudrait une caresse,
Mais ce voeu, mal compris, lui vaut quelques ennuis.

Jeannot, tu ne plus pas aux princes de l’Église,
lls n’ont guère, envers toi, montré leur charité ;
Mais, point trop dépourvu lorsque survint la bise,
Tu vécus tes vieux jours, chaudement abrité.