Apothéose des ornithorynques

apot-or.png

image de l’auteur

Ornithorynques fiers, ce jour est votre fête ;
Car, ayant épuisé du monde les saveurs,
Vous quittez l’univers de bruit et de fureur
Pour accéder au ciel par une voie secrète.

Vous êtes libérés, bienheureux que vous êtes,
Des cent mille tracas qui vous brisaient le coeur ;
Tandis que votre corps gagne de la hauteur,
Votre esprit trouve en lui la concorde parfaite.

Si vous avez le temps, un jour, envoyez-moi
Une carte postale, une image où l’on voit
Un petit aperçu du pays d’Oute-Terre.

Si la chose n’était pas en votre pouvoir,
Ayez le souvenir de ce chant d’au revoir
Que compose pour vous un rêveur sédentaire.