Trois bons larons

3-bn-lr.png

image de l’auteur

Du démon mélomane, une aubade argentine
Charme les coqs d’argent, qui mangeaient un morceau.
Belles notes qui font comme un tintement d’eau,
On y sent par endroits l’inspiration divine.

Pour chanter leur bonheur, ils gonflent leur poitrine,
Car l”aubade leur fait oublier tous leurs maux,
Comme le beau soleil, ou comme un clair flambeau,
Comme un bel arbre en fleurs, aux puissantes racines.

Sous une arche magique, ils prennent leur repos,
La musique, autour d’eux, surgit, et coule à flots,
Évoquant, par instants, la croissance des flammes.

Le démon mélomane et les deux coqs d’argent
Un beau jour s’en iront, vers le lointain nageant,
Ou laissant dériver une barque sans rames.