Extrémité du monde

ISL_Reykjavik_COA.png

Image d’Herald Dick

La nef vers le ponant a glissé doucement,
Bientôt, le capitaine a cessé de sourire :
Il craint d’avoir atteint la terre du martyre,
Il craint de débarquer au pays des tourments.

À bord, un érudit lui répond doctement
Qu’en un meilleur endroit l’a poussé le Zéphyre ;
C’est le Jardin de Paix, ou l’Eden, c’est à dire
Que l’on peut y trouver de grands soulagements.

Car les confins des cieux sont pays de merveilles,
Terre de doux loisirs où la muse s’éveille,
Jardin qui retentit de fort joyeux discours.

Ici ne fanent point les délicates roses,
Ici est pour toujours la fine amour enclose,
Ici la poésie règne, jour après jour.