Feuilles magiques

1426111879231543.jpg

Vous me reconnaissez, je suis l’herbe enivrante
Qui vous procurera de grandes voluptés ;
On peut me consommer pour raison de santé,
Ou bien, pour animer une fête marrante.

Mon statut juridique est, dirai-je, en attente ;
Pas encore approuvé par les autorités,
Mon usage n’a pas toute sa liberté,
Je dois en avertir les clients que ça tente.

Mais un poète peut me chanter en ses vers,
Se rappelant ainsi que, jeune homme un peu vert,
Il usa de mon charme au logis d’une dame ;

Chose qui, dans sa vie, n’advint que rarement
Et de quoi le désir s’est éteint, doucement,
Mais pas le souvenir de cette jolie femme.