Langue des stèles

Gold_Poem_Painting_-In-Between_Painting-.jpg

La pierre ne saurait du nuage dépendre ;
Son langage, en tous temps, est sagement posé.
Le moindre adverbe y est subtilement dosé,
Stèles en vains propos n’iront point se répandre.

Et ce flot de sonnets, que je croyais suspendre,
Que ne soutenaient plus mes doigts ankylosés,
Il surgit à nouveau d’un esprit reposé,
Aidé par les reflets d’un ciel aux couleurs tendres.

Va-t-il changer de style en changeant de maison ?
Je ne vois pour la chose aucune vraie raison,
L’air est le même ici, selon mes connaissances.

Car il est ainsi fait, ce cerveau de rimeur,
Il veut toujours placer des mots sur ses humeurs,
Carabosse m’offrit ce don, pour ma naissance.