Bétail contemplatif

vermontst.gif

Image d’Herald Dick

Pour les bovidés, la nature est belle,
Elle retentit des airs d’autrefois ;
On y voit passer l’errante hirondelle,
On distingue au loin l’ombre des grands bois.

Ce bétail n’ayant maître ni maîtresse
N’a qu’un seul devoir, c’est de contempler
L’herbe du printemps, que le vent caresse,
De laisser ainsi le jour s’écouler.