Cierge de gueules

Soyombo_red

Image d’Herald Dick

On brûle un cierge rouge à l’attention des cieux ;
Par sa grande vertu, la Terre est habitable,
Quand il est consumé, revient le moine pieux
Qui en allume un autre, aussi considérable.

Quel trésor, quel joyau, cette flamme, à nos yeux !
Ainsi sont abolis nos doutes misérables,
Ainsi sont embellis de si modestes lieux ;
Et tout cela, vraiment, pour un prix raisonnable.

La flamme nous annonce un charmant avenir,
Des jours de bonne humeur qui ne sauraient finir,
Surmontant du destin les assauts les plus rudes.

Surtout, nous échappons au principal poison,
Car, pour brûler un cierge, il ne faut ni raison,
Ni labeur de l’esprit, ni goût pour les études.