Adam boréal

Västerbottens_läns_vapen.svg

Image du blog Herald Dick Magazine

Je suis l’Adam régnant sur un Eden de glace,
Et pour pêcher, je dois la banquise casser ;
Quand je naquis ici, dans un lointain passé,
Mon paternel m’offrit cette puissante masse.

Sous deux ou trois peaux d’ours, ma compagne m’embrasse ;
Dans la neige du Nord sont nos chemins tracés,
Rarement le soleil s’en vient les effacer,
Puis, aux jours les plus froids, la lune le remplace.

J’aime, au coeur de l’hiver, allumer des flambeaux
Et conserver la viande en de profonds caveaux ;
J’aime ce beau jardin, dont le pôle est le centre,

Le fer tombé du ciel, dont nul ne sait le prix,
Mon modeste destin, qui n’est dans nul écrit,
La chair et le poisson dont je nourris mon ventre.