Sagesse d’un roi-serpent

culebra_municipio_

Image du blog Herald Dick Magazine

La vieillesse a bercé mon humeur serpentine,
J’écoute les échos de mon palais désert ;
Sur le vaste jardin défile un ciel couvert
Qu’illumine fort peu le soleil qui décline.

Aux horizons lointains déferlent les collines ;
Des oiseaux languissants résonne le concert.
Nul bestiau n’est entré au pâturage vert,
La pluie semble obscurcir le toit d’ardoise fine.

Nous en avions, pourtant, des rêves de ciel bleu
Lorsque notre palais fut bâti en ce lieu ;
Plus d’une bonne idée par nous se vit forgée.

Mais le sombre chagrin grandit, comme un cyprès,
Retraçant le jardin sous de plus sombres traits ;
La nostalgie survient, dans la cour mal rangée.