Arches d’Antinoé

Escudo_de_la_Ciudad_de_Buenos_Aires_2012

Image du blog Herald Dick Magazine

Le Nil reflète mille étoiles
Et porte des vaisseaux trompeurs ;
Jamais ils n’ont hissé leurs voiles,
Jamais n’ont poussé la vapeur.

L’oiseau qui voit ces nefs fragiles
Suit leur voyage au fil de l’eau ;
Jamais n’est abordée une île,
Jamais ne stoppent les bateaux.

Défunts mignons des empereurs,
Vous manoeuvrez ces beaux navires ;
Vos mains sont toujours au labeur,
Le Nil nocturne est votre empire.