Écuyer-griffon

castille-y-leon

Image du blog Herald Dick Magazine

Mille blasons de guerre, ou coupés, ou partis,
Sur le champ de bataille ont surgi à toute heure,
Mille guerriers vaillants, sur la plaine, ont senti
Les battements des coeurs qui vivent et qui meurent.

La guerre est un échec, la paix serait meilleure ;
Plusieurs, avant cela, seront anéantis.
Heureux ceux qui s’en vont dans la paix intérieure,
Heureux ceux dont l’espoir ne fut pas démenti.

Un écuyer-griffon, pour conjurer leur haine,
La réconciliation vers le soir leur amène ;
Les yeux des combattants se posent tous sur lui.

Sous les acclamations de la béatitude,
Le calme vient gagner ces vastes solitudes ;
Une petite voix dit : c’est la fin des ennuis.

Advertisements