Évêque aux bois de cerf

Maroilles59

Image du blog Herald Dick Magazine

Évêque suis le jour, du moins, je le veux croire,
Et la nuit rouge cerf, aux bois chargés d’orgueil ;
Un magicien sur moi gagna cette victoire,
Si comme cerf je meurs, point n’aurai de cercueil.

Au gibier vient la crainte, à l’évêque, la gloire,
Aux deux viennent le songe et l’annonce du deuil,
Homme et cerf partageant la commune mémoire
D’un présent tourmenté, d’un passé sans écueils.

— Enchanteur malfaisant, peux-tu rompre le charme
Qui détruit ma personne et me coûte des larmes ?
Ou bien suis-je endormi, dois-je me réveiller ?

— Tu n’es pas endormi, beau cerf couleur de flamme,
Mon sort doit purifier ton petit coeur infâme
Que le rut animal a souvent travaillé.