Sagesse du paon

neuwied

Image du blog Herald Dick Magazine

Beauté du paon, dans son noble manteau,
Qui, parcourant son terrain dès l’aurore,
Va picorant des lombrics qu’il dévore ;
Que de sagesse en son vaste cerveau !

Mon oeil, croisant son regard clair et beau,
Sourit au ciel qu’un tel oiseau décore ;
On n’en voit pas de plus charmant encore
Sous le soleil, sur la terre et sur l’eau.

Cette sagesse à-demi sommeillante
Lui fait chanter des notes surprenantes,
Tel un buccin, tel un tube d’airain.

Paon, car il faut que le monde le sache,
Et n’est raison que ma voix le lui cache :
Des beaux oiseaux, tu es le souverain.