D’argent à la nef invisible

Brunor_HEblog

Image du blog Herald Dick Magazine

Je regarde, et ne vois rien :
Pas un contour, pas une ombre,
Cette nef se cache bien,
Avec ses marins sans nombre.

Ce navire, pour le coup,
Vers on ne sait où chemine ;
Les matelots rient beaucoup,
Combien joyeuse est leur mine !

Le capitaine barbu
Voit la sirène aguichante ;
Avec elle, ayant bien bu,
Le voilà qui danse et chante.