Pyramide en argent

Martello_(Italia)-Stemma

Image du blog Herald Dick Magazine

Vaste tombeau d’argent, haut de trois mille toises,
Qui se va détachant sur les cieux de turquoise,
De l’aigle tu contiens le corps sacrificiel
Venu s’y reposer, encore en pleine gloire,
Ayant fait ses adieux à ce monde illusoire,
Et ton plafond voûté lui tiendra lieu de ciel.

Nul songe n’y survient, nul oeil ne s’y reflète,
L’oiseau de sable dort dans une paix parfaite ;
Tendre est l’obscurité, le silence fort doux,
Qu’orne un subtil refrain, qui vient on ne sait d’où.