Aigle électrique

trento_provincia_TN

Image du blog Herald Dick Magazine

Tout mon corps est baigné de ce fluide subtil,
Brûlant comme le feu, doux comme la rosée ;
Grâce à cette énergie, si finement dosée,
Je parcours l’univers, sans craindre les périls.

En entrouvrant mes yeux, qu’ombragent de longs cils,
Je fredonne pour moi la chanson composée
Par mon ami le barde, à tête reposée,
Qui n’est que badinage et fugitif babil.

Je ne veux pas régner, je ne veux pas soumettre
Les oiseaux, mes voisins, je ne suis ni leur maître,
Ni la divinité opprimant leur raison ;

Je ne serai jamais le héraut d’une caste,
Je volerai sans but, aux confins du ciel vaste,
Perdu dans le cosmos qui me sert de maison.