Corbeau pensant

kryry

Image du blog Herald Dick Magazine

Un corbeau, débordant de puissance magique,
Observe la rivière à l’éternel courant,
Arborant, tout le jour, un air indifférent,
Un masque qu’on ne sent ni joyeux, ni tragique.

Jamais, quand vient le soir, on ne le voit buvant
En taverne, au comptoir ni même dans la salle :
Mais il goûte un peu d’eau qui coule, transversale,
Parmi l’herbe d’un pré ; il l’absorbe, en rêvant.

Mais nous, chers compagnons, sommes-nous des corneilles ?
Partageons-nous plutôt le nectar de la treille !