Poisson de turquoise

Sans titre 1

Image d’Herald Dick

Le poisson plutonien est sacrément heureux,
Ce dont il remercie une obscure déesse :
L’océan lui paraît débordant de promesses,
De festins, de douceur, de plaisirs amoureux.

Un Terrien trouverait le climat rigoureux ;
Ce joli poisson vert n’en sent pas la rudesse,
Il boit son apéro, parle avec sa maîtresse,
Puis entend des oiseaux le babil langoureux.

N’ayant point de baron, ni de duc, ni de prince,
Cet endroit est pour lui la joyeuse province
Où l’on aime la vie, où l’on ne s’en fait pas.

Le Terrien, cependant, est toujours à la peine,
Victime, bien souvent, d’une espérance vaine ;
Pourquoi donc, vers Pluton, ne fait-il quelques pas ?