Univers lacunaire

bouddha sable-pourpre-azur

Image du blog Héraldie

Ce monde est un filet auquel manquent des mailles ;
Une ébauche, une esquisse, un travail d’amateur,
Mais le barde aime ça, il en parle en flatteur,
Charmé par cette nef allant vaille que vaille.

À mesure qu’il lit, qu’il apprend, qu’il travaille,
Il admire un peu plus ce séjour enchanteur
Où le ciel estival se hâte avec lenteur,
Pendant que le rimeur activement rimaille.

Ce jardin est plaisant, mille bouddhas sont là,
Mettant à chaque instant les problèmes à plat,
Nous rendant chaque jour d’invisibles services.

Ou bien, qui le saura, c’est un monde sans loi,
Sans amour ni raison, sans jardin et sans croix,
Mais alors, nous verrons de l’humour dans ce vice.