Compagne d’un prophète

Willer-sur-Thur

Composition de Cochonfucius

Je suis la sauterelle, engeance paresseuse ;
Je ne sais pas parler, mais je sais fredonner,
Ce qui vaut certes mieux que toujours jargonner,
Comme fait la cigale en sa langue amoureuse.

Je trouve mon repas dans une friche herbeuse ;
Je ne cherche le blé, de son grain couronné,
Mais bien la folle avoine, un léger grain donné
Au désert printanier par la saison venteuse.

Je n’ai pas de maison, et je dors en tous lieux,
Si je déjeune bien, je n’en dîne que mieux,
Et la faim, vers le soir, me maintient éveillée.

Un prophète, autrefois, fit de nous son festin ;
La lame d’une épée le prit un beau matin,
On en parle entre nous, le soir, à la veillée.