Au pied du mur

14-6-15-a

Composition de Cochonfucius

Cinq éléphants de sable, en ce printemps joli,
Par la beauté du monde ont leur âme charmée ;
Ils marchent lentement sur le pavé poli,
Brigade dérisoire, insignifiante armée.

Un mur barre soudain cette route embrumée ;
Leur plaisir vagabond n’en est pas aboli,
Leur soif de renouveau n’en est pas consumée,
Leur goût de flânerie n’est pas enseveli.

— Nous pouvons, à nous cinq, franchir cette muraille !
— Compagnons, sur mon dos, montez, vaille que vaille !
— Plus haut… Il manque encore un peu, pour le franchir.

— Ce mur n’a pas de porte, et non plus, de fenêtre.
— Donc, sur notre succès, un doute pourrait naître,
Mais point d’affolement, nous allons réfléchir.