Le Lion et l’Amphisbène

gl-ar-gl

Composition de Cochonfucius

Le roi des animaux soudain tendit l’oreille
Pour écouter chanter la bête sans pareille,
L’amphisbène qui plane au joli ciel d’argent
Et se tient toujours loin des bêtes et des gens.

— Et toi, lion, chantes-tu le ciel de canicule ?
Nous ne trouverions point cela si ridicule,
Un monde où chacun chante est un monde serein,
Que ta timidité ne te soit pas un frein.

— Je préfère écouter, je ne suis pas un chantre,
Ce jour, j’ai bien chassé, j’ai bien rempli mon ventre,
Quoi de plus excellent que cet air musical
Pour bercer mes loisirs, sous le ciel tropical !