Cavalier d’argent

31-5-15-a

Composition de Cochonfucius

Le cavalier d’argent songe à sa destinée ;
Il s’arrête un instant sur la plaine sans fleurs
Pour entendre les cris des oiseaux querelleurs,
Et voir au loin fumer les humbles cheminées.

Le monde est-il vivant ? Les astres sont-ils morts ?
Le cavalier médite, et compose un poème
Célébrant derechef la bergère qu’il aime ;
Les mots de sa chanson volent au vent du Nord.

Le cheval, cependant, guette les horizons,
Immobile et paisible, observant le silence,
Respirant la douceur de la plaine de France,
Ce noble destrier, plein d’usage et raison.