Plumes de sable

mille-corbeaux

Composition de Cochonfucius

Mille sombres oiseaux portent le deuil des choses.
Tous ces plumages noirs sur le blanc des tombeaux,
De la splendeur du jour ternissant le flambeau,
Cela semble illustrer une obscure psychose.

Par moments, l’un d’entre eux fait sa métamorphose :
Il perd totalement son aspect de corbeau
Pour devenir un autre, un oiseau pas très beau,
Aigle-Taureau de sable, avec des pattes roses.

Il redevient corbeau, juste après, sans effort,
Reprenant sa faction dans le jardin des morts,
Son oeil noir animé d’une rieuse flamme.

Noir corbeau, pourquoi pas ? Tu fais ce qu’il te plaît ;
Avec ou sans tes jeux, le monde est ce qu’il est,
Il ne nous convient pas de tourmenter nos âmes.