Horloge décennale

24-5-15-a

Composition de Cochonfucius

Aragnes du cadran, vous tissez sans nul bruit,
Vous marquez tour à tour une décennie lourde
Dont vous signez la fin, de votre énergie sourde,
Puis ce sera le soir, et surgira la nuit.

Le silence contient le flot du temps qui fuit,
Flot qu’on ne peut capter pour emplir une gourde ;
Une aragne en tissant ne commet point de bourdes,
Témoin l’éclat du fil qui au clair matin luit.

En rêve, quelquefois, se montre la pâleur
D’un visage perdu, qui fut cher à mon coeur ;
Un regard de jadis, que ne rend point la tombe.

Ces fragments du passé, que l’on ne peut revoir,
Vainement je les cherche au profond du miroir :
Autant chercher dans l’air la trace des colombes.

Advertisements