Dernier jardin

11259507_993488774005473_4754084553778106941_n

Image du blog Héraldie

Vous respirez la paix, tombeaux de pierre grise ;
Depuis déjà longtemps, j’aime cette couleur.
J’aime aussi la chanson des arbres dans la brise
Et l’ombre des chemins où surgissent des fleurs.

Les morts n’entendent plus ce que les oiseaux disent,
Ou pensif rossignol, ou moineau querelleur ;
Ils n’entendent pas plus le prêtre en son église,
Cet espace et ce temps, ce ne sont plus les leurs.

Le vivant se console en la boisson vermeille,
Contemplant au jardin la course des abeilles
Qui semble, à ce moment, figure de l’espoir.

Le cimetière, un point dans l’univers immense,
Groupe vivants et morts dans un même silence
Sous le ciel printanier, qui bientôt sera noir.