D’or à un boeuf de gueules

Sabalos

Composition de Cochonfucius

Les deux faces du boeuf disent une prière
Qu’un vieux moine écrivit sur un petit papier ;
L’animal est paisible, et bien droit sur ses pieds,
Il sait bien qu’ici-bas, son corps n’est que poussière.

Les visages du boeuf ont contemplé la plaine,
Étendue de sinople à l’incertain passé ;
Le boeuf pardonne à ceux qui ont pu l’offenser,
Mais, de ce qu’ils ont fait, il s’en souvient à peine.

De ses deux voix, il chante une chanson française ;
Compère Guilleri ne se laisse mourir,
La chanson dit l’antan, l’aujourd’hui, l’avenir,
La pluie et le beau temps, le bonheur et l’ascèse.

Advertisements