Nelligan de lune

Parame

Composition de Cochonfucius

Le coeur traversé de flammèches,
Nelligan souffre en un salon ;
Et d’une, il trouve le temps long,
De deux, la bière n’est pas fraîche.

Alors, il prend des pierres sèches
Et quelques planches de bois blond ;
Voici, volant mieux qu’un ballon,
La nef qui bat l’ennui en brèche.

Oui ! Nelligan s’est envolé
Sur son bel engin bricolé :
C’est épatant, c’est du tonnerre.

Il n’a plus soif, il n’a plus faim ;
Il goûte, meilleurs que le vin,
Les merveilleux parfums lunaires.

Advertisements