Arbre qui parle

Dournazac

Composition de Cochonfucius

Un arbre grandissant loin de tous les rivages
Invente, pour lui-même, un dialecte sauvage.
Le sens de sa parole est loin d’être évident,
Les animaux des bois tremblent en l’entendant.

Le boeuf, captant le son de la langue rugueuse,
Traduit aux échassiers ces paroles fougueuses ;
Les oiseaux, découvrant ces mots désordonnés,
Respectent, pour leur part, un silence étonné.

De cet arbre parleur, quand le discours s’achève,
Les animaux, pensifs, partagent les beaux rêves.