Firmament d’argent

monde-argent

Composition de Cochonfucius

Au firmament d’argent vit la grenouille fière ;
Elle passe le jour en un songeur repos,
Comme si l’univers n’était qu’un grand tripot,
Comme si le soleil n’était qu’un pot de bière.

Les dragons vont dansant, dessous la voûte claire,
Un bel iris d’azur surgit auprès des flots ;
Un écureuil propose à la grenouille un pot,
Un autre lui raconte une histoire légère.

— Admirons l’harmonie de ce monde lointain,
Nous qui ne possédons qu’un logis incertain
(Et quelques vieux troquets d’étrange gouvernance).

— Mais il n’est pas si mal, notre univers obscur,
Il offre aussi, parfois, la couleur de l’azur,
Et la fine saveur de notre impermanence.