Au coeur du jardin

adam-et-eve

Composition de Marc Sinniger, d’après Cochonfucius

Adam marche au jardin sans admirer les roses,
Car Ève en est jalouse, et ça le gêne un peu.
Non loin du plus bel arbre, ils se tiennent, tous deux ;
Pris, comme chaque jour, dans la beauté des choses.

Car cet endroit, jamais, ne les laisse moroses ;
Tantôt c’est la chanson d’un petit oiseau bleu,
Tantôt c’est un insecte ayant l’éclat du feu,
Parfois même, un serpent composant de la prose.

Les lunes de sinople (une étrange couleur)
Disent que, de ce lieu, Dieu bannit la douleur,
Pourvu que les humains respectent ses consignes.

J’y vois, dit le reptile, une provocation :
Le véritable sens de cette indication,
C’est que, sur cette branche, un beau fruit vous fait signe.