D’azur aux trois lunes

ulief

Composition de Cochonfucius

Cheval d’or et boeuf d’or, quittant le sol humide,
Parcourent en volant l’azur de l’univers ;
Ils y sont accueillis par trois lunes timides
Qui saluent leur présence en récitant des vers.

L’ange contemporain des Grandes Pyramides
Dit des blagues datant de quatre mille hivers
(Celles qui amusaient son esclave numide) ;
Les bestiaux sont heureux de le voir toujours vert.

L’étoile brille clair dans ce monde sans arbres ;
Sans nul regret des sols de gravier ni de marbre,
Chacun se laisse aller, dans les airs se mouvant.

Moi, dès que je le peux, j’entre en un pareil songe ;
Comme boeuf et cheval, dans l’azur je me plonge
Et je me rêve ainsi, sur les ailes du vent.