Temple vide

michael-francis-gibson

Composition de Cochonfucius

Voici un temple orné de cent statues d’ivoire,
Et chacune possède un pouvoir qui guérit
Soit un trouble du corps, soit un mal de l’esprit ;
Celui qui les sculpta mériterait la gloire,

Ou qu’au moins on louât ces cent belles victoires,
Mais le roi l’exila, son destin fut flétri,
Son nom fut effacé des documents écrits,
Sans qu’on sache pourquoi lui advint ce déboire.

Voici sa pauvre tombe auprès d’un peuplier,
Sans la moindre inscription. Son nom est oublié,
Nul rhapsode n’ira l’illustrer de sa lyre.

Fêtes et jours normaux, le temple reste ouvert,
Mentionné seulement dans ces quatorze vers
Qui trouvent rarement un regard pour les lire.