De gueules à un crocodile d’or

crocodile-jaune

Composition de Cochonfucius

Sous la forte chaleur, le ciel ondoie,
Loin de la savane et de ses troupeaux,
Sur la rouge enseigne du grand tripot,
À un crocodile d’or, qui blondoie.

On ne le voit pas versant des sanglots,
Ni tel un plongeur qui dans l’eau s’enfonce ;
Bestiole héraldique à manger renonce,
Ainsi qu’à la douce fraîcheur des flots.

Mais ça lui va bien, ce grand nonchaloir,
L’immobilité d’une armure lisse,
Heureux qu’à côté de lui s’établisse
Messire pluvian, son faire-valoir.