Bourg natif

azur-pluvian

Composition par Cochonfucius

Un jour mon pas ira dans mon pays natal,
À la tour sonnant clair, au grand palais hautain,
Tant de bacs sur un lac aux marins non mutins,
Puis un autan du soir, ni trop fort, ni brutal.

D’originaux buildings d’aluminium fatal
Sont aujourd’hui construits au pays si lointain,
Arborant un fanal ou un miroir sans tain,
Plus l’abondant fatras du puissant capital.

Faut-il alors partir aux coins inamicaux,
Dans un trou sans intrus, aux abords tropicaux ?
Nul attrait n’a pour moi un ban, fût-il brillant ;

Aucun goût pour partir sur un rafiot caduc :
Un horizon distant, au lointain fourmillant,
N’aura pas mon amour, ainsi qu’a dit Saint Luc.

Advertisements